A Magyarok Világkapcsolata  
 
            
t h e   h u n g a r i a n   w o r l d   c o n n e c t i o n       

 
 
    HIRDETÉS
HIVTALOS FORDÍTÓ
Érsek András
Ordre des traducteurs, terminologues et interpretes agréés du Québec , magyar, angol, francia, román
Tel: (514) 781-9768
Fax: (514)626-0869
Email: itt

KERESÜNK

magyarul beszélő személyt, A Magyar Társadalmi Klub (Hungaria) keres, kiszolgálás és kisebb feladatok ellátására, hétvégenként és rendezvények alkalmával. Tel: 514-288-7966 kérje Tibort.

Dr. Machan Tamás
Családi fogorvos
6600. Trans Canada,
Suite 807
Pointe Claire, QC.
H9R 4S2
Tel:
514-426-4228
A Magyar Aranycsapat ez évben is megrendezi a Nemzeti Összmagyar Diákbajnokságot (sakk, bírkózás, asztalitenisz, magyar irodalom és történelem). További információ Gyuri bánál (814-586-9647)
STEVE Electric Inc.
Szõke István
Hívjon bármikor:
Tel: 514 981-5527 
vagy (450) 688-59831
Családi Temetkezési Vállalkozó
693. Jean Talon O.
(Park Extention)
Montreal,  H3N 1N1
Tel: (514) 271-1212

 

Takács Miklós

Magyar Krónika,
2015. február 21.


Takács Miklós  karmester és  professzor, elhunyt Montrealban,  ez év február 13-án.

Temetése  febr. 20-án volt  a Mount Royal temetőben,  gyászmisét  a Magyar Katolikus tempolomban szombaton, fenruár 21-én,  11 órakkor celebrált Licskó Szabolcs plébános.

Takács Miklós 1932 szeptembe 13-án, született, 1973-ban érkezett Montrelba Budapestről, ahol már szép karrierje volt,  a Bartók Béla konservatériumban tanított.
1973-ban meghívta a  montreali Ecole Normal francia zeneiskola, a Kodály módszerű  zene oktatására. Később az iskola egyesült a francia egyetememmel az UQAM-mal, ahol nyugdíjas koráig tanított.

A Kodály módszerű zeneatanítás  magyar gyermekeknek  már Montrealban korábban megindult, és ennek vezetését vette át Takács megérkezése után. Az oktatás megközelítőleg tíz évig tartott.

Takács karmester  karácsonyi és nagypénteki hagyomás koncertjei nagyon népszerüek voltak, sok -legalább háromezer- hallgatót vonzott a Szent John Babtist templom hatalmas oszlopai alatt.  
Még az  elmúlt  márciusban is hallhattuk a gyönyörű Verdi Requiemet Takács Miklós vezényletével.

Takács Miklós francia  vonalon dolgozott, de magyar érzelmű maradt.
Montreaali érkezése óta, az elmúlt 30 évben,  több magyar műsoron is szerepelt. 1983 ban, az első Festa Hungarican,   azegy hétig tartó magyar zene műsorában is résztvett, majd 1985-ben a 3 hetes  Festa Hungárica előadásain is szerepelt.  Bemutatta  Montrealban első akalommal: Kodály: Háry János című operettjét, a montreali McGill egyetem  koncert-halljában. Több magyar rendezvényen is résztvett francia kórusával.

Takács Miklós a montreali magyarok büszeksége volt, nagy űrt hagy a magyar közösségben.
Bencsics Klára

C’est avec une peine incommensurable que nous annonçons le décès de
Maestro Miklós Takács, survenu à Montréal le vendredi 13 février dernier,
à l’âge de 82 ans.
Pour avoir été un pilier de la culture musicale d’ici, il est à craindre que la
disparition de ce chef connu et apprécié ne laisse un vide énorme qui sera
très difficile à combler. Répartis sur les 30 années qu’a duré sa vulgarisation
des chefs-d’oeuvre du grand répertoire, ils se comptent par dizaines de
milliers les mélomanes qui remplissaient la majestueuse église Saint-Jean-
Baptiste de l’avenue Rachel, au coeur du Plateau, pour assister aux concerts
spirituels du Vendredi saint dont Miklós Takács avait fait une tradition dans
la métropole québécoise. Ces fervents de la musique admiraient et
aimaient ce chef stylé, chaleureux, élégant, empreint de l’essence profonde
des grandes fresques musicales que sont les requiem, les oratorios et les
passions qui les faisaient vibrer d’émotion à l’évocation des images de vie,
de mort et d’éternité.
Miklós Takács a vu le jour à Budapest le 13 septembre 1932. Après de
brillantes études à la célèbre Académie Liszt de la capitale hongroise auprès
du compositeur et pédagogue Zoltán Kodály, Miklós Takács se rend en
France pour parfaire ses connaissances auprès des grands maîtres
parisiens : Nadia Boulanger, en analyse musicale, au Conservatoire, Jacques
Chailley, en musicologie, à la Sorbonne. Il fréquenta aussi l’Institut
grégorien de Paris d’où il détenait un diplôme de Maître de chapelle.
De retour en Hongrie, il devint professeur au Conservatoire Béla Bartók,
puis fondateur et directeur de l’Ensemble vocal Takács et de l’Orchestre de
chambre Baroque de Budapest. En 1973, répondant à une invitation de
l’ancienne École normale de musique de Westmount (devenue en 1978 le
Module de musique de l’Université du Québec à Montréal), il s’installe
définitivement à Montréal, foyer de son rayonnement de chef à travers le
monde. Tout au long de sa carrière subséquente, Miklós Takács resta
attaché à la jeune université montréalaise à titre de professeur régulier,
chef de l’Ensemble vocal et directeur fondateur du Choeur de l’UQAM.
L’idée la plus marquante de Miklós Takács a été de faire revivre l’ancienne
Société Philharmonique de Montréal qui avait durablement entretenu le
goût musical des citoyens de la ville par l’exécution publique des chefs
d’oeuvre du répertoire lyrique et d’orchestre. Cette Société, fondée en
1875 par Arthur Perkins, avait cessé ses activités en 1899. La réactivation,
en 1982, de ce moteur du goût musical montréalais aura animé de manière
éclatante la vie culturelle de Montréal jusqu’au concert du vendredi 18 avril
2014, où le Maestro Takács, vieillissant, dirigea, assis sur un tabouret,
l’orchestre de la Société Philharmonique et le Choeur de l’UQAM dans une
bouleversante interprétation du Requiem de Verdi.
Miklós Takács entretenait une véritable passion pour ces oeuvres de choeur,
d’ensemble de solistes et d’orchestre. Cette esthétique grandiose, quelque
peu grandiloquente, instaurée par Félix Mendelssohn en Allemagne au
cours des décennies 1830 et 1840 seyait particulièrement au répertoire
sacré : chefs-d’oeuvre du Baroque et du Classicisme, comme les Passions et
la Messe en si mineur de Jean-Sébastien Bach, le Requiem et la Messe du
Couronnement de Mozart, la Missa Solemnis de Beethoven, Les Saisons et
La Création de Haydn. Elle s’étendit jusqu’à englober des requiem à grand
déploiement de furies et d’éclairs, comme ceux de Verdi et de Berlioz,
d’autres plutôt caressants, comme celui de Fauré, enfin des oratorios
modernes, comme Jeanne au bûcher d’Arthur Honegger. Ce répertoire qui
n’avait point de secret pour Miklós Takács le remplissait du désir irrésistible
d’en faire trembler les colonnes du temple et frémir d’indicibles émotions
le public communiant avec lui en cette ravissante manière de prier…

az oldal tetejére Impresszum | Hirdetési árak | © Magyar Krónika Rt.